Giovanni Biasiolo est né dans les Ardennes d’un père italien et d’une mère belge. Il a baigné dans l’univers du textile et de la matière depuis son plus jeune âge, sa mère était professeure de couture. Dans son atelier rempli de machines à coudre et d’aiguilles à tricoter, elle lui confectionnait elle-même ses habits pour aller à l’école.

Giovanni a donc évolué dans un environnement essentiellement féminin, entre sa mère et ses deux soeurs. Il se rappelle en rigolant qu’un jour, il avait piqué le jeans d’une de ses soeurs pour s’en faire un plumier!

 

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua

De nombreuses orientations s’ouvraient devant lui comme autant de dilemmes et c’est finalement le hasard – ou le miracle ! –  des rencontres qui a déterminé son choix d’avenir : le stylisme.

Il a d’abord suivi la section  Math / Sciences au lycée ; ensuite, il a choisi la filière du Droit. Puis il a passé l’examen pour devenir ingénieur industriel, parce que tout le monde lui rabâchait les oreilles : son penchant pour l’art, c’était bien beau, mais que ça ne payait pas…

Jusqu’à ce qu’un jour, il croise une jeune fille particulière, excentrique, tant dans sa façon d’être que de s’habiller, ils ont tout de suite sympathisé, elle lui a dit qu’elle étudiait l’art à l’Académie d’Anvers.

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua-Aline-Moure

C’était le déclic qu’il lui fallait. “Pourquoi pas moi aussi ?!” a-t-il pensé.

Dès lors, il a pris son courage à deux mains, et s’est présenté à la Cambre pour passer l’examen d’entrée. Il y a rencontré Francine Perron : la chance de sa vie ! Car celle-ci a directement remarqué le potentiel de Giovanni. Elle l’a pris sous son aile, et comme il avait envie d’étudier l’architecture d’intérieur, le graphisme et le stylisme, il a suivi ces options à Liège, à Saint Luc. Il a travaillé comme un damné, en enchaînant les cours du jour, les cours du soir…  et les nuits blanches, pour être au top ! Au final, sa bataille a porté ses fruits et il a terminé ses études avec la plus grande distinction en stylisme.

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua

Il a participé à divers concours qu’il a remportés haut la main dont, deux années d’affilée, le concours européen “L’Aiguille d’Or”.

Diplôme en poche, la chance lui a souri en Italie d’abord, à Ancona, dans une entreprise de textiles où il dessinait les collections de mailles pour diverses grandes maisons telles qu’Armani, Missoni et bien d’autres.

Pssst-Giovanni-Marta-04

Deux ans plus tard, il rentrait en Belgique, à Liège, et ouvrait son atelier pour créer des vêtements sur mesures pour ses “fidèles admiratrices et amies”.

Il n’a jamais vraiment voulu faire de la mode un but lucratif, ce n’est pas du tout son cheval de bataille, mais plutôt il a tenu à créer des  innovantions et à épanouir son esprit conceptuel et artistique.

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua-Aline-Moure

Son atelier s’est développé petit à petit et aujourd’hui, il est fier de son Show Room avec vitrine, au 23 de la rue de la Madeleine à Liège.

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua

Bien sûr, son style a évolué au fil des années  mais sa conception reste la même, à savoir, habiller les femmes et les mettre en valeur. Il aime les femmes pour ce qu’elles sont, ce qu’elles dégagent, pour leurs démarches, leurs comportements, il prône la femme,  absolument féminine, tout en respectant ses courbes et ses mouvements si particuliers.

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua

Dans ses créations, il aime trouver une idée phare, mettre l’accent sur cette idée, sans jamais la surcharger.

Il aime également travailler un mélange d’ architecture et de mode : dans les robes que nous portons sur les photos ci-jointes, il y a beaucoup de ligne contemporaines .

Il a pensé d’abord à la façon de travailler la matière et a imaginé ensuite comment celle-ci allait être découpée pour se retrouver tout en volume sur le corps féminin.

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua-Aline-Moure

Cet artiste est inimitable, pratiquement impossible à copier car il ne travaille pas sur base de patron mais directement sur le modèle. Ainsi, le mouvement du vêtement se fait tout seul et gracieusement.

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua

Nos robes s’appellent “Best In Black”, le styliste a travaillé les couleurs sombres, sur un concept asiatique de kimono. Ses créations, il les adapte à toutes les tailles pour que la femme se sente à l’aise, et non pas limitée, son but n’étant pas de complexer mais de valoriser la femme quelle qu’elle soit !

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua

Ses inspirations lui viennent de ses nombreux voyages qui marquent ses créations et son humeur créative. Il éprouve une grande fascination pour l’Asie, le kimonos, la geisha, les paravents, et particulièrement pour l’esprit “Zen” et mystérieux des Asiatiques…

Bref, quand on entend le nom de Giovanni Biasiolo, on ne peut s’empêcher de retenir  trois de ses grandes qualités: génie, tolérance et ouverture au monde.

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua-Aline-Moure

Pssst-Giovanni-Biasiolo-Marta Bevacqua

Voici les liens intéressants de Giovanni Biasiolo:

Site web

Page Facebook

C’est une collaboration avec la photographe de mode Marta Bevacqua, nous vous avions déjà parlé d’elle ici

Site web,

Page Facebook

Instagram.

Nous avons eu la chance de travailler avec la talentueuse coiffeuse Séverine Tieleman (fondatrice des salons de coiffure belge XYZ et ID Artis de la marque L’Oréal) ainsi que son mari Michael Del Bianco ( également fondateur d’ XYZ, ambassadeur de L’Oréal et cadreur vidéo).

Site Web,

Page Facebook,

Instagram,

Notre précieuse maquilleuse est Djèssi Alba Licata.

Page Facebook,

N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez 😉 et à jeter un coup d’œil aux collections de Giovanni sur son site web: www.giovannibiasiolo.com

Bonne découverte et bonne semaine!

Vidéo du Backstage: