Cannes, le fameux festival de Cannes, cet événement tant convoité,  attendu toute l’année. Je m’étais toujours dit : “Hors de question de m’y rendre tant que je n’ai pas un projet qui tient la route…” mais il n’y  a que les cons qui ne changent pas d’avis !

Voilà comment en plein milieu du festival, j’ai quitté Paris !

Comme je m’y suis prise à la dernière minute (deux jours avant !!), les billets de train m’ont coûté un bras et le logement … sur un canapé en cuir tout pourri… aussi!

Donc le jeudi, je prends le train Paris- Cannes : surpeuplé! Des gens debout,  des gens assis sur les marches (train à deux étages), la foule dans les couloirs… Bref l’horreur… Je déteste la promiscuité avec les inconnus…

En plus, je me sentais super mal pcq j’avais bu de l’alcool la veille,  j’ai vécu quelques moments de panique du genre je vais devoir aller au water… toux ceux qui ont déjà pris un  train savent que c’est l’endroit à proscrire !

Bref, trajet chaotique, durée : 5h. Ah oui, j’ai vu passer Adèle Exarchopoulos dans le couloir, avec une tête de morte vivante, des cheveux courts et décolorés, pas fameux du tout…Enfin, tous les goûts sont dans la nature !

Pssst festival de Cannes

Me voici à Cannes, et là, je comprends mieux que personne le proverbe « Qui trop embrasse mal étreint ! »  Je suis mal organisée, je me maudis encore quand j’y pense !

Je devais déjeuner avec un producteur mais comme  à 15h00, j’étais invitée à un défilé par une amie, je l’ai prévenue que je risquais d’être un peu en retard…entretemps le producteur que j’avais averti de mon rendez-vous a refusé de me voir en coup de vent, ça ne l’arrangeait pas…

Qu’importe, j’annonce à ma pote que je serai à l’heure, et là, elle me dit : « Trop tard ! j’ai donné ta place à quelqu’un d’autre! »

 

J’étais DÉGOÛTÉE!! Ca commençait bien… Je sentais la moutarde me monter au nez !

 

Heureusement, je tombe rarement à court d’idées ! J’ai alors contacté un ami, Laurent, et on a mangé ensemble au « New-York New-York ». Y a rien à dire mais un bon repas, ça requinque ! Et une belle présence, c’est un instant de bonheur bien suffisant !

Ensuite, je me suis présentée au défilé, en mode : « Ne vous avisez pas de me dire non, je sais où je vais !» et ils m’ont laissé entrer, même avec  30 minutes de retard….

PSSST festival de cannesC’était vraiment de la daube comme défilé, je n’ai jamais rien vu d’aussi catastrophique. Le choix des stylistes était nul, à croire qu’ils avaient tous été pistonnés, leurs créations étaient vulgaires pour la plupart d’entre elles, en un mot comme en cent : insignifiantes !

Pas une seule pièce qui m’ait fait rêver… rien de bon à acheter !

Pas d’estrade pour les modèles… modèles qui n’étaient pas vraiment des « top-modèles », (mais ce n’est pas ce qui m’a gênée, je suis pour les mannequins « à dimensions normales », qui nous ressemblent et avec qui on peut s’identifier).

Au fond de la salle, on avait caché un pianiste, ma foi, assez doué mais la chanteuse, n’en parlons pas ! Une catastrophe, rien que le choix de ses chansons était abominable : « Paris holala » …

On est à Cannes, meuf, réveille-toi!!

Une autre chanson m’a carrément fait horreur, celle où elle « pseudo-jouissait »…  Personne ne pourra me démentir ! Du grand n’importe quoi!!!

Il n’y avait que le lieu choisi pour sauver la face, c’était dans une salle de réunion de L’Intercontinental Hotels Carlton.

Mais le confort n’allait pas durer, retour à la coloc (c’est pour rire ! Je me moque du confort) pour préparer ma première montée des marches…

Oui, j’ai eu une chance de dingue, mon pote Laurent avait justement quelques places avec son accréditation, et j’ai pu en profiter !

Juste avant d’arriver devant l’entrée, on a croisé des dizaine de personnes qui mendiaient des places pour voir des films… C’était un peu triste, je me suis imaginé à leur place un instant et j’ai eu un peu honte d’être aussi privilégiée et chanceuse… J’étais habillée avec une robe Jay Har, des talons Giuseppe Zanotti, et un long gilet Mango pour ne pas faire too much sexy.

On a passé les mille passages de sécurité, vérification de ma pochette! (Sérieux? J’aurais pas pu y  glisser un cheveu ! Alors, y dissimuler une bombe! Lol) pire qu’à l’aéroport!

 

On arrive finalement sur le tapis rouge. Les  photographes bombardent les stars  juste derrière nous… on avance et j’entends crier mon nom « Aline , Aline… » Je me retourne et qui je vois ? Mon ami, Matthieu Munoz!! Du coup j’en ai profité pour qu’il nous tire le portrait pour le blog!

Pssst-festival-de-cannes

On monte les marches, on se fait quelques selfies à mettre sur insta pour frimer un peu… Puis on entre dans cette salle de projection énormissime de 2400 places (on fait un peu moins les malins…), on s’installe et là, on voit sur l’écran la montée des marches de Xavier Dolan et de tout son casting!

Ils entrent dans le Palais du Festival, s’installent en « orchestre ».

Tout le monde applaudit, le film peut commencer.

Après le film, re-applaudissements ( comme dans les cinémas de mon enfance), et un cameraman filme les visages des comédiens et du réalisateur, ils sont tous très émus, et ça fait du bien de  les voir, êtres simplement humains, dotés d’une sensibilité à fleur de peau.

A la sortie, des dizaines de photographes nous mitraillent pour essayer de nous  vendre les photos ensuite…  Tout un business, ce festival!! qui s’étonne ?!

 

Comme je savais qu’il y avait une soirée au Club By Albane, avec la présence de Xavier Dolan et de toute l’équipe du film, j’avais bien envie de m’incruster, histoire de faire de nouvelles rencontres..

Malheureusement ces soirées sont toujours sur invitations ! Du coup, au culot, avec des potes, on se présente devant le Martinez, le sorteur nous vire gentiment et nous conseille la file d’à côté…

Entretemps, deux amis entrent grâce à leur bracelet de la veille et Laurent et moi, on se met dans la file d’attente sur liste, on commence à parler et à se dire qu’on va plutôt aller manger une pizza au « Vesuvio » quand un jeune homme se retourne et nous propose : « J’ai deux amis qui ont annulé à la dernière minute, si vous voulez, je vous prends avec moi sur la liste . »

On croit rêver, on sympathise avec Aurélien et on peut entrer…

La soirée de Xavier Dolan et la Soiree clubbing étaient sur la même terrasse mais étaient séparées…  on n’a donc pas pu voir toute la crème de la crème.

J’ai juste croisé Xavier Dolan aux toilettes plus tard,  il y entrait quand j’en sortais et je n’ai pas osé le retenir trop longtemps, je l’ai juste félicité vite fait pour son film « Juste la fin du monde ».

Je suis rentrée super tard et pas mal entamée après les 6 cocktails et 5 coupes de champagne. (Open bar chez Albane, qui aurait eu envie de se priver ?)

 

Pssst festival de cannesLe vendredi matin : autre projection « The Neon Demon », un film complètement absurde mais splendide au niveau de l’image et des lumières (on aurait dit une pub de parfum !!)

 

J’aurais voulu profiter un peu du soleil et de la plage, mais j’avais un rendez-vous avec un organisateur d’événementiels milanais à l’annexe Beach.

 

Puis le soir, projection de « The Last Face » de Sean Penn ( son film s’est fait lapider par la presse et huer dans la salle) Personnellement, je ne l’ai pas adoré mais je ne me permettrais pas non plus de cracher dessus ! Quand on sait le mal qu’on se donne pour réaliser un film, on se dit que « la critique est aisée mais l’art est difficile. »

 

Le soir même, on s’est retrouvés à la cérémonie de clôture de la Quinzaine des réalisateurs, c’était vraiment une soirée géniale !! J’y ai rejoins mes flatmates (Leila et Sabine).

Pssst Festival de cannes

Comme notre nouvel ami Aurélien nous attendait de nouveau chez Albane, on y est retourné !  (On ne change pas une équipe qui gagne !)

On a vu Adèle Exarchopoulos « plus belle que jamais » …  surtout plus belle que quand je l’avais croisée dans le train… (Lol ) En même temps, c’est facile d’être magnifique, quand coiffeuse, maquilleuse et styliste s’occupent de vous… Non je ne suis pas jalouse !

On a fait la fête jusque 5h du matin puis je suis rentrée avec une de mes coloc’.  Le samedi, on a pris un petit déj avec une directrice de casting, adorable, puis ma pote Leila a pris l’avion pour Londres et moi le train pour Paris…

Adieu les paillettes, les grandes toilettes, les stars et les starlettes !

Mais il nous reste le cinéma, mon réconfort, ma joie de vivre, mon apprentissage, presque ma deuxième demeure !

 

Ce qui m’a un peu choquée:

 

– Le « peuple » qui attend des heures sur des escabelles pour faire des photos de stars, qui demande des autographes! (On est à l’heure du numérique, les gars, prenez des selfies, c’est plus sympa!!)

Ca m’a fait pitié, mais en même temps, je n’arrive pas à comprendre ce comportement de « star-addict », je n’ai jamais été « amoureuse » de chanteurs ou d’acteurs superstars, même en étant ado… Est-ce moi qui ai un problème ?

Ah ! si… juste une fois, j’avais 5 ans, et j’aimais Patrick Bruel… mais ça m’est vite passé quand j’ai compris qu’il ne sortirait jamais de la tv pour atterrir dans le salon.

 

Ce qui m’a déçue :

 

– J’avais des cartes de visites, mais au final je n’en ai presque pas distribué. (on ne rencontre pas de gens disponibles en soirée, c’est une des règles d’or à savoir parce que, de un, ils sont en soirée, ils ont besoin de déstresser, ne veulent pas spécialement parler boulot et de deux, ils sont bourrés et ne se souviendront pas de toi le lendemain.)

 

 

Points positifs:

 

– Je suis reconnaissante et je remercie toutes les personnes généreuses, pour toutes les entrées en soirées et montées des marches.

J’ai rencontré peu de gens mais humainement parlant, de très très belles personnes.

– Il faisait beau et le soleil fait du bien au moral et met de bonne humeur.

– Moi qui aime faire la fête, je m’en suis donnée à cœur joie !

– Je suis fière de moi, j’ai géré les talons 15 cm deux soirs d’affilée…  Une petite note superficielle pour clôturer, comme vous voyez… Pour rester dans le ton…

 

Pssst Festival de Cannes