Je suis accro aux sneakers…

Bon n’y voyez aucun rapport avec une certaine barre chocolatée fourrée au caramel, les sneakers, plus communément appelées baskets pour les novices, ont toujours bercé ma vie et cela bien avant que cela devienne le phénomène de mode de ces 10 dernières années.

Je me rappelle, gamin, quand les grands frères de mes potes ou encore mon voisin arboraient aux pieds des Jordan. Ah Jordan ! Michael Jordan, « his airness », the GOAT, l’idole de toute une génération, mon idole, celle des ados des années 90 quand les sportifs ont commencé à devenir de véritables superstars, c’est lui qui est à l’origine du phénomene d’engouement autour de la basket.

jordan

En effet, c’est de cette meme génération, dont je suis issu, qui une fois trentenaire, a commencé a se jeter sur les releases des rééditions des modèles phares de l’époque surement par nostalgie mais aussi par frustration, vu le prix qu’elles coutaient à l’epoque. Depuis le début des années 2000, et jusqu’à aujourd’hui, il n’est pas rare de voir des files d’attentes se former dès l’aube devant les magasins pour se procurer le fameux sésame !

Quand on parle basket, on parle biensur de marques. Il en existe de nombreuses plus ou moins connues mais actuellement deux ressortent bien évidemment du lot : Nike et Adidas

Tandis que la marque au swoosh ( la virgule, oui oui je speak english ) surfe sur sa notoriété acquise depuis de nombreuses années, grace a ses modèles mythiques portées par les plus grands sportifs. La marque aux 3 bandes ,elle, connaît un retour fracassant sur le marché avec notamment les collaborations avec des artistes tels que Missy Elliot, Pharrell Williams et biensur Kanye West qui a révolutionné le « game » avec sa yeezy.

Une véritable guerre existe désormais entre les deux géants qui ne manquent pas d’ingéniosité pour se démarquer; innovation technologique des matériaux, designs futuristes ou épurés, toujours plus de choix, toujours plus de formes et de couleurs si bien qu’on ne sait plus qui ou quoi choisir, alors on choisit tout !

Et c’est la où on s’emballe, où la passion devient dévorante, car quand on parle de sneakers on parle de collectionneurs, les sneaker addict. En effet le nombre de sorties est devenu impressionnant ces dernières années, avec les limitées dites QS (quickstrike) tout est fait pour avoir envie d’avoir la paire que les autres n’ont pas, la couleur OG (originale), la dernière paire tendance, celle pour laquelle il n’est pas rare de voir des heurts éclatés devant les magasins lors des « camp out » !

Dans ce petit monde de la sneaker, certains ont compris que cette addiction était une aubaine pour faire de l’argent : les resellers (revendeurs).

Ils sont devenus de véritables homme d’affaires, avec une technique de vente assez simple : revendre plus cher les modèles les plus difficile a obtenir.

Il est donc devenu monnaie courante de voir des paires se revendre jusqu’à 10 fois leur prix de sur le net. A titre d’exemple sur ebay la premiere edition de la yeezy, designée par kanye west pour adidas, coute environ 1500€ pour un prix d’achat de 200€ a l’origine!

adidas-yeezy-350-boost-closer-look-00

 

 

La folie de la basket touche toute les tranches d’age, elle est omnipresente dans la vie de tous les jours, tout le monde en porte, tout le monde en veut et beaucoup en parle ! Tout comme les jeunes qui voient Jordan comme une marque avant d’etre le meilleur basketteur de l’histoire, quels sont les porteurs de Stan Smith pouvant se targuer de savoir que celui-ci était un joueur de tennis ?!

adidas-originals-stan-smith-tennis-cornelius

Je suis fan de la basket, l’odeur de la colle, du cuir neuf, le plaisir d’ouvrir la boite, les exposer chez soi, les essayer pour la première fois, les montrer, les porter tel un trophée. Je suis dingue de sneakers, depuis longtemps, depuis mon enfance, depuis que Will Smith les nettoyer à la brosse à dents dans «  le prince de bel air », depuis que je ne pouvais pas en acheté, depuis que Jordan, Agassi, et consort m’ont fait revé devant ma télé…

Comme tout addict, j’essaie de me sevrer, de les vendre, de ne plus en acheter, de me faire une raison, de me dire que ce n’est plus de mon age, qu’il faut qu’enfin je grandisse. Que si ça continue ma meuf va me larguer, mais je suis un drogué alors je consomme, désormais avec modération, mais je ne suis jamais à l’abri d’une crise de manque, d’une envie furieuse et là je clique… je valide, je m’en veux …mais je redeviens un enfant attendant sa paire comme le Père Noel un matin de Décembre…

J’ai beau me dire que j’en ai trop, que j’en ai assez, mais les sneakers au final, comment s’en lasser ?

 

 

Petit lexique épuré de la sneaker culture :

 

  • sneakeraddict : fans, collectionneurs de sneakers
  • quickstrike : édition limitée
  • deadstock (DS) : paire neuve jamais portée, en parfait état
  • campout : le camp out désigne le fait de camper devant un magasin pour obtenir la paire limitée tant convoitée
  • OG : original. C’est l’appellation donné au modèle de la première édition.