Stop ! On en a trop largué des blagues sur les Blondes… et je sais de quoi je parle ! Figurez-vous que je l’ai été – sur un coup de tête ! –  j’en ai d’ailleurs gardé des séquelles…

Voilà comment c’est arrivé…

Un beau matin de juin, je me suis réveillée avec la furieuse envie de devenir blonde. Oui, je sais, c’était de la folie ! Surtout quand on a de très longs cheveux naturellement bruns.

 

Pssst... Blond Hair Don't Care

Ça faisait déjà un bout de temps que j’y pensais, mais je n’avais jamais eu le courage de passer à l’acte. J’avais essayé des perruques, j’avais eu des mèches, mais rien à faire, cette obsession me hantait toujours. Je voulais connaître l’effet que la blondeur déclenche sur les autres. Allais-je avoir le genre « Pom Pom Pidou » ou Paris Hilton ?

 

Alors je me suis décidée, j’ai cherché des coiffeurs- coloristes : j’avais très très peur de devenir blonde « platine », le genre de blond qui fait super faux et super vulgaire ! Surtout pour une brune d’origine ! J’ai donc confié mes cheveux au renommé Romain Colors de Paris.

 

Pssst... Blond Hair Don't CareJ’y suis allée une première fois pour qu’il me voie et me fasse un devis, et puis une deuxième fois, pour changer de tête.

Entretemps, j’ai failli annuler au moins 10 fois mais – vous commencez sûrement à me connaître –  ce n’est pas mon genre de me dégonfler.

J’ai donc pris mon courage à deux mains, j’avais la sale impression d’aller au front et je ne suis pas loin de la vérité car c’est réellement un combat que je menais, contre moi-même… On m’a d’abord décoloré les cheveux, puis on m’a recoloré( Je vous jure, ça tirait sur l’orange) –je me suis chiée dessus, excusez l’expression ! -, ensuite plusieurs autres couleurs sont apparues, ce qui, finalement, a donné un blond dégradé quand même plus naturel. Ouf… mais je n’étais pas sauvée pour autant …

Premièrement, je suis sortie de ce repaire complètement fauchée, une journée de travail, ça se paie bon et cher !! Mais heureusement, je n’ai pas quitté le salon en pleurant ni en rasant les murs !

C’était bizarre d’avoir tout à coup une nouvelle tête… A peine sortie, j’ai vu tous les regards converger vers moi… J’avoue que j’avais de sérieux doutes : était-ce parce que j’étais canon ou tout simplement abominable ??

Au premier sifflement masculin, j’ai compris, non pas que j’étais un chien, mais qu’une nouvelle espèce de succès risquerait de me faire tourner la tête, au sens figuré…Pssst... Blond Hair Don't Care

On ne peut pas dire qu’on ne me remarque pas d’ordinaire mais les regards sont plus discrets !

Bref, au début, j’ai mis un peu de temps à m’habituer à ma blondeur… Pour sonder la famille, j’ai envoyé une photo à ma mère qui, – sympa comme d’habitude – m’a dit « Aline, qu’as-tu encore fait ??? C’est horrible !!! »

 

Merci maman, j’apprécie ton honnêteté… et j’encaisse tes vérités qui ne sont pas toujours bonnes à dire ! Franchement je me demande si je ne préfère pas l’hypocrisie des copines : « Oh ! Aline ! ça te va trop bien ! »

 

Avez-vous déjà remarqué que de nos jours, on ne sait plus s’exprimer simplement, il faut toujours qu’on exagère…

Pour être sincère, j’ai gardé les cheveux blonds seulement 4 mois (de mi-juin à mi-octobre), les horribles repousses noires me dérangeaient souverainement ! Je n’avais pas envie de retourner régulièrement chez le coiffeur pour des retouches. Et mon portefeuille opposait aussi une résistance muette mais claire et nette !

De plus, mes cheveux étaient abîmés par les produits et aussi par le soleil d’été ; du coup, au touché, ils étaient rêches comme de la paille ! Une sensation ABOMINABLE ! Et un trou dans mon budget pour les crèmes.

Sans compter tous les soins, tout le temps, shampoing pour cheveux colorés, après shampoing pour cheveux blonds… j’utilisais les produits « Sheer Blonde » de la marque John Frieda que la vendeuse du magasin « Parashop » Paris 4ème m’avait conseillés.

Pssst... Blond Hair Don't Care

Tout bien réfléchi, le jeu n’en vaut pas la chandelle !

J’y gagne quoi si des inconnus m’abordent ? J’en retire quoi si on me dévisage plus souvent ?

Franchement un bon conseil, évitez les colorations ! Je vous le dis : « Chassez le naturel, il revient au galop ! (Enfin souvent …)

Retrouver à sa couleur après ce genre de caprice, c’est un cauchemar !!! Je suis passée du noir corbeau, avec des tons bleutés – c’était affreux –  à un autre brun foncé mais avec des reflets verts… bref un vrai parcours du combattant !

 

Mais si vous préférez qu’on vous aborde avec des bruitages éminemment admiratifs ou de bonnes vieilles blagues salaces, libre à vous de choisir…

Pssst... Blond Hair Don't Care Pssst... Blond Hair Don't Care Pssst... Blond Hair Don't Care