JOUR 2 « Sisterhood »

21 jours pour être au TOP

#beautychallenge

Aujourd’hui mon devoir consiste à dresser une liste des femmes qui ont marqué ma vie. “Dis-moi d’où tu viens, je te dirai qui tu es”.

« Pour savoir où l’on va, il ne faut pas oublier d’où l’on vient ».

Du côté de ma mère, il y a beaucoup de femmes, elle a 5 sœurs et mon père a juste une sœur, en comptant les grand-mères, plus quelques amies d’enfance, j’aboutis à environ 10 femmes de « références ».

Chacune de ces femmes à ses propres caractéristiques, disons que j’admire la bonté, la ténacité et le courage incommensurable de ma mère mais que sur le plan physique, j’ai toujours adulé ma tante Suzan. Pourquoi ? C’est simple, elle a un milliard de fringues, qui débordent de ses armoires, ça m’a toujours fait rêver, je crois que je ne l’ai jamais vue habillée deux fois de la même façon! Ensuite quand j’étais petite et qu’on allait lui dire bonjour en Suisse pendant l’été, sa salle de bain était une vraie « caverne d’Ali Baba » remplie de bijoux en tout genre, et je me souviendrai toujours des odeurs de ses parfums et des crèmes qu’elle portait et qu’elle porte toujours d’ailleurs !

Elle a des crèmes pour TOUT ! Crème pour les rides, crème pour les mains, crème pour le visage de jour et de nuit, crème pour le corps, crème pour les pieds, crème pour les fesses bref c’est la reine de la crème !

Pour moi, elle est la féminité incarnée.

Quant à mes amies, quand j’étais petite, j’admirais beaucoup ma voisine et copine Mélanie, je la trouvais toujours bien fringuée! Elle allait souvent faire du shopping avec sa mère, ça me faisait rêver, la mienne détestait faire les boutiques ou n’avait jamais ni les moyens ni le temps tellement elle bossait !

« Quand on n’a pas d’argent, on ne fait pas les magasins » disait-elle. Quelquefois, on faisait du lèche-vitrine et on s’offrait une babiole… mais c’était denrée rare ! Par contre, je ne peux pas me plaindre non plus, ma mère a toujours été exemplaire, et si elle ne me gâtait pas trop, je n’ai jamais manqué de rien. Quand on crevait de misère, elle me faisait toujours passer avant elle et préférait m’offrir un bon manteau bien chaud pour l’hiver plutôt que de s’acheter quelque chose pour elle. Et moi en échange, je faisais extrêmement gaffe à mes affaires, je ne les abimais jamais, et comme je n’étais ni très grosse ni très grande, je les portais des années d’affilée !

J’adore m’arrêter à la terrasse d’un café et faire du « People Watching » comme je l’appelle, ça équivaut à regarder les gens qui passent.

C’est assez drôle, mais je ne me moque pas ou alors jamais méchamment, j’aime les gens, leur façon de s’habiller, de marcher, de parler…

A Paris, je voyais souvent des femmes bien habillées, même celles qui n’étaient pas spécialement jolies se mettaient sur leur 31 pour sortir. Ça m’a toujours plu cette façon que les femmes ont de se pomponner du mieux qu’elles le peuvent avec ce qu’elles ont. J’admire cet effort.

Idolâtrer des personnalités n’a jamais été mon « truc », aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais adoré une chanteuse, une actrice, ou une princesse… j’aime les femmes en général, dans leur globalité, avec toutes leurs imperfections. Ne vous y méprenez pas, cela ne veut pas dire que je sois lesbienne, simplement, j’ai plus de plaisir à regarder une femme dans la rue que la majorité des hommes. On n’y peut rien, mais on a ce petit truc magique en plus.

Si je devais citer une célébrité qui m’inspire, j’aurai des difficultés parce que plein de femmes m’inspirent : Whoopi Goldberg, Coco Chanel, Frida Kahlo, Julia Roberts, Nawel Madani, Lena Dunham, Chiara Ferragni…

 

– Mais pour finir, celui qui m’inspire le plus dans la mode actuelle, ce n’est pas une femme, cet homme qui sait mettre les femmes en valeur, et j’aime par-dessus tout, c’est le styliste Elie Saab, ses créations me font littéralement rêver!

J’aime également énormément aussi Olivier Rousteing, le directeur artistique de la marque “Balmain”, il  me vend du rêve.

A bientôt pour mon challenge n3 « Mes Moodboards ».